Hors série : J’ai fait une désintox d’Instagram (partie 1)

Heyyy,

Bonjour Louloute,

J’espère que tu vas bien, surtout en ce moment !

J’ai l’impression que ça fait 1000 ans que je n’ai pas publié d’article et j’ai décidé d’y remédier dès aujourd’hui ! Je reviens donc avec une chronique hors série pour te parler de ma « cure de désintox spécial Instagram » complètement improvisée et que j’ai mise en place dernièrement.

(Le récit est long, la chronique sera donc divisée en plusieurs parties.)

Il y a précisément dix-huit jours, je me suis réveillée et contrairement à d’habitude, je n’ai pas ressenti le besoin/envie de poster ma story matinale sur Instagram. J’avais simplement envie de ne pas toucher à mon téléphone et de rester couchée pour réfléchir au sens de ma vie à l’instant T. J’ai donc remis une alarme (au cas où) et ai attendu, dans le noir, que la motivation/envie/volonté d’aller sur mon application préférée, revienne. J’ai tellement attendu, que je me suis rendormie…

A mon deuxième réveil, l’envie n’était toujours pas là. Je suis sortie de mon lit et me suis demandée si ma déprime habituelle due au changement de saison commençait. Peut-être. Peut-être pas… Je n’en savais rien et j’ai décidé de ne pas m’attarder sur la question. Déprime ou pas, j’ai considéré que j’avais carrément le droit de ne pas avoir de motivation et que ce n’était pas grave (vive la bienveillance envers soi-même !). La journée s’est déroulée tranquillement et avec une certaine légèreté. 

Le lendemain matin, rebelotte, aucune envie de me rendre sur Instagram pour ma story matinale. Pas grave, personne n’en mourra. Dans la journée, je reçois quelques messages des louloutes et louloutos avec lesquels j’ai l’habitude d’échanger quotidiennement sur Insta. Ils ont remarqué mon « absence » et se demandent si je vais bien. Je suis très touchée et commence à culpabiliser d’avoir « disparu » sans prévenir. Je commence à me dire que je devrais peut-être faire une petite apparition rapide en story pour expliquer que je vais bien (physiquement) et que je serai de retour prochainement. Je pourrais faire ça, effectivement, mais je n’en ai pas envie. Je ne force pas. Je réponds avec gratitude aux personnes qui viennent prendre de mes nouvelles et reste dans ma bulle.  

Les jours suivants se déroulent de la même façon. Pas envie/besoin de me rendre sur Instagram pour partager mes publications coup de cœur. Pas envie/besoin de faire acte de présence pour ne pas perdre en visibilité. Pas envie/besoin de découvrir les nouveautés, états d’âme, sentiments des uns et des autres. Pas envie…

Je continue de recevoir de gentils messages de sympathie. Je suis reconnaissante d’avoir des amis virtuels et m’interroge  toutefois sur le drôle de sentiment qui m’envahit : je suis attachée à des personnes que je ne « connais » qu’à travers un écran. Elles font partie de mon quotidien même si nous n’échangeons que brièvement. Et de toute évidence, je fais également partie du leur…Est-ce une bonne chose ? Une mauvaise ? Dois-je m’inquiéter ou au contraire ne pas me prendre la tête car après tout, la vie est faite de rencontres et d’échanges et c’est ce qui la rend intéressante (selon moi) ?  

Je ne sais que penser alors je me contente d’observer ce qui se passe autour de moi et décide d’être pleinement ancrée dans la réalité sans me soucier du reste. Après quatre jours passé loin de l’application, je redécouvre le plaisir de lire, écrire et parler longuement avec mes proches sans être obnubilée par mon téléphone. Je réalise que j’ai une « vraie » vie en dehors d’Instagram et que pendant quelques mois, je suis passée à côté…

A bientôt pour la suite !

Audrey