Chroniques de Fainéante

Hors Série : Leçon de vie grâce à … un naan !

Hey,

Mai 2017, je suis assise dans la cuisine de mon père, un livre sur les genoux. Je m’octroie un moment de détente après avoir préparé et cuit des naan au fromage toute la matinée. Je suis assez fière de moi car ils sont réussis et particulièrement savoureux. J’en ai déjà mangé 2 ou 3 quand mon père arrive un peu après 14h. Il vient de terminer sa journée de travail et m’explique qu’il n’a pas eu le temps de déjeuner. Nous décidons donc d’aller en ville pour trouver de quoi manger copieusement. Le temps qu’il se débarbouille et change, il est presque 15h, nous avons peu de chance de trouver l’un de nos restaurants préférés ouvert à cette heure-là. Par précaution, j’emporte donc le dernier naan qu’il reste et le glisse dans mon sac (en cachette, comme une cre-cre…oui…).

Nous roulons un bon moment avant de décider de nous arrêter sur la plage pour attendre 18h et foncer dans une pizzeria qu’il affectionne. 16h30, mon ventre crie famine et je me décide à sortir le naan de mon sac. Je vois mon père en train de me regarder, je lui dis donc que j’ai fait des naan dans la matinée et que j’ai pris le dernier au cas où… Il accuse réception de l’information et je lui propose un morceau. Je ne sais pas si c’est parce qu’il a faim ou que le naan est très bon mais il m’en demande un autre morceau que je me fais une joie de lui donner. Il me reste donc la moitié du naan dans les mains. Je pourrais l’engloutir et caler l’affaire mais je réfléchis et me dis que mon père a travaillé toute la journée, n’a pas eu le temps de manger et encore moins de se reposer. Il mérite donc cette moitié ! Je lui tends donc avec un grand sourire, fière de moi 😇. Et là, le loulou me regarde mi amusé-mi outré et me demande : « mais t’as pas faim ? ». Si papa, je crève la dalle ! Mais ce n’est pas ce que je réponds. Je fais preuve d’un peu de tenue et lui explique que j’ai faim mais que moi j’ai eu le temps de manger à la maison et que je n’ai rien glandé depuis le matin (et qu’accessoirement, je me suis enfilée au moins ‘ naan entre midi et deux…) donc qu’il peut prendre le dernier morceau. Il ne se fait pas prier, mange son dernier morceau, s’essuie la bouche, les mains puis me dit : « Tu penses à l’estomac des autres avant de penser au tien…? Continue comme ça, tu verras où ça va te mener. »

Je suis restée bouche bée et n’ai pas su quoi répondre. J’étais perplexe et me disais « attends, je lui offre le dernier morceau du truc et c’est comme ça qu’il me remercie ? ». Fière comme je l’étais, j’ai eu l’audace de répondre : « Oui, je ne suis pas égoïste ! ». Il a dû rire intérieurement avant de me dire : « c’est bien, continues ! »

Il m’a fallu un an avant de comprendre ce qu’il me disait. Un an ! Et il a fallu que je tombe sur une vidéo d’Iyanla Vazant qui expliquait que pour pouvoir « remplir la coupe de quelqu’un d’autre, il faut d’abord que sa propre coupe soit pleine ». Ce discours délivre deux messages : 

  • Il faut prendre soin de soi avant de vouloir prendre soin des autres
  • Il est essentiel de placer des limites pour se préserver.

Quand j’ai compris ça, j’ai appelé mon père puis lui remettre en mémoire l’épisode du naan et lui demandé pourquoi il l’avait mangé avant de me sortir sa petite phrase philosophique. Il m’a répondu :

« Dans la vie, c’est comme ça, si tu ne penses pas à toi, personne ne le fera pour toi. Tu as pris la décision de te priver de nourriture pour que moi je mange ? Ben assume les conséquences. Faut pas me tendre un truc en t’attendant à ce que je te prenne en pitié et que j’insiste pour que tu le gardes pour toi. Si tu me le donnes, c’est que t’en as envie. Je ne suis pas là pour débattre avec toi. Et attends-toi à rencontrer des personnes qui agiront exactement de cette façon, tout au long de ta vie. »

Bien entendu, mon père n’est pas un égoïste sans cœur, il essayait juste de me donner une petite leçon, pour que je comprenne par moi-même et arrête de me mettre à poil pour habiller Pierre, Paul et Jacques (chose que j’ai fait pendant de trèèèèès nombreuses années et que j’ai regretté amèrement). 

Si tu es en train de te dire « attends, elle m’a fait lire toutes ces lignes à propos d’un naan pour conclure par : prends soin de toi avant de prendre soin des autres ? La réponse est : oui, en quelque sorte 😚 ! 

A bientôt,

Audrey  

Commentaires

Grazou
21 juin 2020 à 09:57

C’est une bien jolie chronique Audrey.
Et il est vrai prendre soin de soi est primordial avt de s’occuper des autres. Comme toi j’ai pris soin d’autrui à mes dépens en pensant inconsciemment que les autres prendraient un peu soin de moi en retour …bêtise !Maintenant c moi d’abord et mes enfants évidement !



    L'histoire D'une Fainéante
    21 juin 2020 à 15:08

    Merci pour ton retour Grazou 😊.
    Je suis vraiment très contente que tu aies décidé de te faire passer au premier plan. C’est une décision qui parait tellement logique à prendre et pourtant, ce n’est forcément évident d’accepter l’idée.

    Bon dimanche, louloute 😘.

    Audrey



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *