As-tu déjà entendu parler de la méthode Pomodoro ? Cette méthode de gestion du temps qui permet de travailler en séquençant son temps.

Après l’avoir testée brièvement il y a quelques années mais sans réellement m’impliquer, j’ai décidé de retenter l’expérience afin de voir si je pouvais l’adopter dans mon organisation quotidienne.

J’ai donc refait un test le mois dernier et ai décidé de partager avec toi mon avis sur cette méthode.

Tout d’abord, qu’est-ce que la méthode pomodoro ?

Il s’agit d’une méthode inventée par Francesco Cirillo et qui consiste à faire quatre séquences de travail, toutes entrecoupées de courtes pauses. 

Avant de la mettre en application, il est conseillé de faire une petite préparation rapide afin de pouvoir travailler dans de bonnes conditions. Pour cela, il faut :

 

  1. Choisir un minuteur (si possible un modèle qui ne fait pas de bruit et qui t’évitera de te déconcentrer).
  2. Déterminer la ou les  tâche.s sur laquelle/lesquelles tu vas travailler (c’est quand-même mieux, n’est-ce pas ?).
  3. Choisir un lieu de travail dans lequel tu te sens bien et ne sera pas (trop) distraite.
  4. Mettre ton téléphone de côté.

Une fois que tu es prête, voici comment procéder :

  • 1ère séquence de travail de 25 minutes sans distraction

Pause de 5 minutes (si possible sans téléphone)

  •  2ème séquence de travail de 25 minutes sans distraction

Pause de 5 minutes (toujours sans téléphone)

 

  • 3ème séquence de travail de 25 minutes sans distraction

 Pause de 5 minutes (tu as compris le principe, toujours pas de téléphone)

 

  • 4ème séquence de travail de 25 minutes sans distraction

Pause de 15, 20 ou 30 minutes 🥳

 

Quels sont les avantages de cette méthode ?

 

Il y a plusieurs avantages à cette méthode. En voici quelques-uns (liste non exhaustive) :

 

  • Gagner en concentration. En supprimant les distractions et en accordant une durée bien précise pour avancer sur une ou plusieurs tâches.

  • Rendre une tâche moins pénible. Découper une tâche en plusieurs parties la rend moins fastidieuse étant donné qu’il n’est pas nécessaire de la traiter en un bloc et que nous bénéficions de plusieurs pauses pour souffler entre chaque sessions de travail.

  • Limiter la tendance à procrastiner sur certaines tâches. Le fait de s’imposer des créneaux bien précis pour travailler nous oblige à nous y coller et à ne pas reporter indéfiniment.

 

Maintenant que je t’ai présenté la méthode, je vais te raconter mon expérience. 

 

Ma préparation

1ère étape : choisir un minuteur

Il y a quelques années, j’utilisais un minuteur de cuisine pour m’aider à délimiter certaines tâches dans le temps et ça m’aidait vraiment beaucoup !

Toutefois, j’ai eu la maladresse de faire tomber ce magnifique minuteur qui a donc cessé de fonctionner correctement. A partir de là, j’avais trois options :

1. En racheter un

2. Apprendre à faire sans

3. Trouver une alternative

Vu que j’étais super fauchée à cette époque-là et que j’étais dans une optique de réduire mes dépenses au maximum afin de pouvoir rembrourser mes mauvaises dettes le plus rapidement possible ; j’ai fait le choix de ne pas en racheter un.

J’aurais pu choisir l’option n°2 et me dire que je n’avais qu’à faire sans mais je voulais continuer à travailler en appliquant des limites de temps pour certaines tâches.

Tu l’auras compris, j’ai donc choisi l’option n°3 et ai trouvé une alternative pas nécessairement efficace mais en tout cas très économique : utiliser mon téléphone pour assurer cette fonction.

Je dois avouer que dans les premiers temps, j’ai eu du mal à rester concentrée sur ce que je faisais car j’étais tentée de me jeter sur mon téléphone à chaque fois qu’une notification apparaissait à l’écran. Il aura fallu quelques semaines avant que je prenne la décision d’activer le mode « ne pas déranger » lorsque j’utilisais mon téléphone en mode minuteur.

Cette fois-ci, lorsqu’il m’a fallu choisir un minuteur, j’ai décidé de ne pas en racheter un et de continuer à me servir de mon téléphone.

 

2ème étape : déterminer les tâches sur lesquelles j’allais travailler

A mon sens, la méthode pomodoro est parfaite pour exécuter des tâches fastidieuses, chronophages et/ou peu intéressantes.

C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de la mettre en pratique lorsqu’il était question de traiter mes tâches administratives et de gérer ma boîte email.

3ème étape : choisir un lieu de travail dans lequel je me sens bien

Pas de difficulté particulière pour cette étape. J’ai décidé de m’installer dans mon salon et d’utiliser ma table de salon pour avoir suffisamment de place pour étaler toute ma paperasse et la traiter tranquillement.

4ème étape : mettre mon téléphone de côté

J’ai fait l’effort de mettre mon téléphone dans ma chambre, d’activer le mode « ne pas déranger » et de mettre le volume de la sonnerie suffisamment fort pour être sûre de ne pas louper les alertes.

Mon avis

J’ai mené l’expérience sur deux semaines et le bilan que j’en fais est le suivant :

cette méthode est très utile et présente de nombreux avantages toutefois elle n’est pas adaptée à ma façon de travailler.

Je m’explique !

Pour commencer, il y a deux faits importants que je dois impérativement partager par ici sinon tu risques de ne pas comprendre mon point de vue sur cette méthode.

Premièrement : j’ai la capacité de concentration d’une mouche (expression qui ne veut pas dire grand chose et qui n’existe certainement pas mais que j’aime utiliser…) ! C’est-à-dire que je me déconcentre super facilement (sauf quand je suis dans un état de flow) et que j’oublie rapidement ce que je suis censée faire…

Deuxièmement : je mets pas mal de temps à me concentrer (10 à 15 minutes, facile !) lorsqu’il s’agit de faire quelque chose de « sérieux ». Je suis un peu comme un diesel. Je prends du temps pour démarrer mais une fois que je suis lancée, rien ne m’arrête !

Considérant ces deux caractéristiques principales, on devine aisément que la méthode pomodoro a ses limites pour me permettre de travailler efficacement.

En effet, une session de travail dure 25 minutes et est suivie d’une pause de 5 minutes. Etant donné que je mets au minimum 10 minutes pour me concentrer, il ne me reste que 15 minutes pour travailler. Je suis donc en pleine concentration et dois m’interrompre pour faire une pause dont je n’ai pas besoin, qui me fait perdre en concentration et me stoppe dans mon élan !

 

Le premier jour durant lequel j’ai testé la méthode, j’ai carrément supprimé les deux premières pauses ! J’ai donc travaillé 50 minutes sans m’arrêter puis j’ai fait une longue pause de 10 minutes. Ce qui ne m’a absolument pas aidée car je n’avais plus envie de reprendre ce que je faisais…🙃. Je me suis fait violence malgré tout mais je n’étais plus concentrée et j’ai pris beaucoup plus de temps que nécessaire pour terminer ma tâche.

Cette première session de travail m’a mise dans un état de frustration assez important et j’ai clairement hésité à poursuivre l’expérience… mais j’ai décidé de persévérer et de me laisser une chance de m’approprier cette méthode.

Deux jours plus tard, quand il a fallu que je traite mon administratif de nouveau, j’ai suivi la méthode sans me poser de question et en respectant le rythme imposé.

J’ai donc fait une première séquence de 25 minutes puis ai fait la pause de 5 minutes. Et c’est à ce moment que ça devient intéressant !

Pour éviter de perdre en concentration, j’ai pris la décision de rester assise sur ma chaise et de ne rien faire. En attendant que mon téléphone sonne la fin des cinq minutes, je me suis mise à regarder par la fenêtre et à réfléchir à plein de choses… Quelle mauvaise idée ! J’avais la tête pleine de trucs inutiles et j’ai mis du temps à me remettre dans ce que je faisais. Une catastrophe…

J’ai tenu bon et ai poursuivi l’expérience en m’efforçant de ne pas trop réfléchir.

Bilan de cette deuxième session de travail en mode pomodoro : mes tâches ont été traitées mais j’ai dû faire de gros efforts pour rester concentrée et ça m’a vraiment fatiguée (et agacée pour être tout à fait honnête 🙄).

Une semaine plus tard, j’ai décidé d’utiliser la méthode pour traiter les emails de mes boîtes de réception (perso et pro) mais j’ai essayé d’ajuster les séquences de travail à ma façon de fonctionner et surtout à mon besoin. J’ai donc procédé de la manière suivante : 

  • 1 séquence de 40 minutes

1 pause de 10 minutes

  • 1 séquence de 30 minutes

1 pause de 5 minutes

  • 1 séquence de 30 minutes

1 pause de 20 minutes

Cette troisième session s’est quand-même mieux déroulée que les deux précédentes. Je n’ai pas ressenti de frustration et j’ai pu rester concentrée sur une période plus longue et les pauses m’ont fait du bien. La dernière m’a d’ailleurs tellement plu que j’ai décidé de la poursuivre et de ne pas finir mon opération tri de mes emails 🤭 (et prise de notes sur les différentes newsletters que je reçois).

J’étais plutôt rassurée de constater qu’avec quelques ajustements, la méthode pomodoro pouvait finalement me convenir.

J’ai donc décidé de partir sur le même format que la fois précédente pour ma quatrième et dernière session test.

Quelques jours plus tard, j’ai donc choisi d’utiliser les 40 premières minutes pour faire mon suivi budget (ce qui n’est pas vraiment de l’administratif mais ce n’est pas très grave !) puis d’enchaîner avec le traitement de ma boîte email pro pendant 30 minutes et de terminer par ma boîte perso durant les 30 dernières minutes.

Dans l’ensemble, tout s’est plutôt bien passé. Je n’ai pas trop perdu en concentration et j’ai réussi à aller au bout de mes tâches sans ressentir (trop) de frustration.

 

Verdict…

Même si la dernière session s’est bien passée et que cette méthode présente de vrais avantages, j’ai décidé de ne pas poursuivre mon expérience car cette façon de travailler est plus contraignante qu’utile pour moi. Comme je l’expliquais précédemment, j’ai vraiment besoin de temps pour me concentrer et le fait de devoir m’interrompre pour faire une pause alors que je n’en ai pas forcément besoin me dessert plus qu’autre chose.

Je préfère travailler sur des périodes plus longues et m’arrêter quand j’en ressens vraiment le besoin et reprendre quand je me sens réellement prête.

En conclusion, c’est une très bonne méthode mais qui ne convient pas. En revanche, je la recommande malgré tout aux personnes qui ont du mal à aller au bout de certaines tâches et qui ont besoin de se faire de vraies sessions de travail pour avancer !

 

N’hésite pas à me faire savoir en commentaire si tu as déjà testé la méthode ou si tu envisages de le faire 😊.

A bientôt,

Audrey